Rechercher
  • sophrosmagnien

En pleine confiance, en sécurité et en lien : la Théorie Polyvagale


La théorie polyvagale de Stephen Porges, encore fort peu connue en France, est en train de révolutionner le monde de la psychothérapie, notamment au niveau du traitement des traumatismes. Elle nous aide à comprendre l’interaction entre les branches sympathique et parasympathique du système nerveux, non seulement dans la création et l’entretien de la douleur, mais dans virtuellement tous les symptômes de corps-esprit, de problèmes de santé qu’on puisse imaginer. Elle couvre tout, des problèmes émotionnels aux problèmes spirituels.

En tant qu’êtres humains, nous aspirons aux sentiments de sécurité et de confiance dans nos interactions avec les autres. En outre, nous apprenons à interpréter les signes qui nous disent que nous ne sommes pas en sécurité.

C’est précisément pour cela qu’au fur et à mesure que nous consolidons nos relations avec d’autres personnes, nous pouvons établir plus facilement des liens plus sains. Et vivre une intimité d’une meilleure qualité avec les autres.


La Théorie Polyvagale suggère que nous possédons un système de détection inconscient qui interprète les signes de danger que nous percevons sans nous en rendre compte. De la même manière que nous respirons sans effectuer d’effort volontaire pour cela.


Nous ressentons ainsi parfois la sensation d’être en danger sans trouver une raison pour le justifier. Comme si une menace planait autour de nous.

Nous recevons à tout moment une multitude de signaux sociaux et lorsque nous interagissons avec les autres, nous compilons de manière inconsciente des expressions faciales, des mouvements corporels et des tons de voix. Alors que notre cerveau et notre corps interprètent ces signaux, notre sens du Moi est façonné par ceux-ci et par notre environnement.

L’information que notre corps traite au travers de ces signaux nous dit en qui et en quoi nous pouvons avoir confiance et en qui et en quoi ce n’est pas possible.

Cette détection involontaire en quête de signaux d’un danger potentiel quelconque survient dès la naissance et revêt une importance extrême dans notre survie. Notre corps est conçu dès la naissance pour observer, traiter et répondre.

Nous passons le reste de notre vie à détecter inconsciemment ces signaux de danger ou de sécurité.


Voyons en détail les trois circuits de la Théorie Polyvagale : le Vagal Ventral (Sécurité), le Sympathique (Danger) et le Vagal Dorsal (Danger de mort)





· Engagement social/le Vagal ventral : l’engagement social répond à la partie ventrale du nerf bas. C’est la partie du nerf qui répond aux sentiments de sécurité et de connexion. L’engagement social est un processus qui nous permet de nous sentir ancrés dans des sentiments d’engagement. Mais aussi de sécurité et de tranquillité. Le Vagal Ventral donne la Vision. On est en sécurité et en lien.

· Mobilisation/le Sympathique : cela se produit à partir du système nerveux sympathique. C’est lui qui nous aide à nous mobiliser dans des situations de danger et ainsi d’affronter la menace. nous allons poser les actions nécessaires et suffisantes pour donner vie à notre vision.

· Immobilisation/le Vagal dorsal : la voie la plus élémentaire. La réponse d’immobilisation face aux signes de danger implique le nerf dont la partie dorsale répond aux signes du danger extrême. Cela fait que notre système nerveux parasympathique s’activera à toute vitesse et la réponse corporelle nous immobilisera.

Les phases de repos, où l’on se connecte à son dorsal, donnent le recul nécessaire pour se ressourcer et planifier les actions à mettre en place.

En résumé,

Sans s’épuiser de trop de "sympathique", Sans être bloqué par trop de "dorsal" (car sinon cela devient de l’inhibition, du repli sur soi) Trouver le juste équilibre... L’harmonie


Quelques outils pour obtenir l'harmonie, le juste équilibre :

La respiration : en particulier la pratique de la Cohérence cardiaque Emettre des soupirs intentionnels dans la journée, 3 à la suite

Se mettre en lien avec son corps :

Pratiquer la méditation de pleine conscience,

Pratiquer la Sophrologie, le Yoga

Parcourir l'intérieur de son corps, chaque zone, explorer ses ressentis Travailler son muscle Psoas et ses nerfs crâniens Et bien sûr,

Etre dans la nature, Rire, Ecouter de la musique, Danser, Chanter !!







1 vue0 commentaire